home

Alone

01

Le Métro /
The Subway

Le temps est à l’orage. Une chaleur étouffante écrase la ville dans un grondement sourd.
Je déambule dans cette station de métro sans nom, qui déverse par vagues régulières son flot d’anonymes. Le bruit incessant des rames se mue en un doux murmure et, inexorablement, m’emmène vers les rives du sommeil. Ma vie est en suspens dans une clarté crépusculaire.

Stormy weather; a heavy heat hangs over the city, rumbling in the distance. I wander through this subway station, pouring out its endless waves of faceless people. The non-stop rattle of the carriages becomes a whisper, sending me helplessly into a quiet sleep. My life hangs in the balance in this evening light.

02

l'Apparition /
The Appearance

Elle illumine l’instant. Sur le sol gris de ce quai, comme un songe évanescent, elle glisse à travers la foule. Une longue robe d’une autre époque lui confère une grâce indéfinissable. Je la suis. Les trains succèdent aux trains, les stations aux stations, les couloirs aux couloirs, dans une interminable course. Je suis perdu dans les méandres de cette mégapole et pourtant, à cet instant, cela n’a aucune importance.

She lights up the instant. On the grey surface of the platform, like a passing dream, she glides through the crowd. A long dress from a bygone age gives her an air of indefinable grace. I follow her. Trains give
way to more trains, stations to more stations, corridors to more corridors in a never-ending voyage under the city. I am lost in the entrails of this megapolis and yet, at this moment, that is of no importance.

03

Hors du Temps /
Timeless

Ses pas m’emmènent au-devant d’une antique demeure semblant abandonnée. Elle longe le mur d’enceinte et, par une brèche, pénètre discrètement à l’intérieur de cette propriété privée. J’hésite un instant, scrute la nuit, et me faufile à mon tour.
Là, sous de grands arbres difformes, une étrange fête bat son plein. Une foule hypnotique s’ébat à la lueur de pâles lanternes jusqu’aux confins du parc. Je me fonds dans cette nuée en oubliant le temps qui s’avance dans la nuit...

Her steps lead me to the front of a seemingly-abandoned old residence. She goes round the outer wall and, through a space, discreetly enters this private property. I hesitate a moment, look into the night,
and follow her in. There, under large deformed trees,
a strange party is in full swing. A hypnotised crowd fills the park and moves around in the light of pale lanterns. I merge into this trail of people, oblivious
of time passing into the night...

04

La Fuite /
The Escape

Des sirènes hurlent leur colère dans une lumière bleue. Stupeur. La fête prend des airs de débâcle et les squatteurs se dispersent dans le chaos. Je la cherche du regard, mais elle n’est déjà plus qu’une ombre happée par la nuit. Dans une obscurité opaque, je m’élance à sa poursuite. Les yeux me brûlent, mon âme s’enflamme mais je cours, je cours et encore, comme si ma vie en dépendait.

Sirens cry their anger in a blue light. Stupor. the party degenerates and the squatters leave in chaos. I glance around to find her but she is already a shadow swallowed by the night. In dense darkness, I go after her. My eyes burn, my spirit is on fire but I run and run as if my life depended on it.

05

Seul /
Alone

Ruelle sombre, je reprends mon souffle. Mes tempes bourdonnent sous les coups de boutoir d’un coeur résigné. Je l’ai perdue ! La nuit est profonde et silencieuse ; il n’y a que le ronronnement obsédant de la ville qui dort. Se remettre en marche, mais dans quelle direction ? Au loin, le halo des lampadaires danse avec le noir, pendant qu’une fine pluie s’est mise à tomber.

In a small alley, I catch my breath. My temples thump to the rythym of my resigned heart. I have lost her! The night is deep and silent ; only the incessant hum of the city asleep. Start walking, but where ? In the distance, the halo of the street lights dances with the dark, while a light rain begins to fall.

06

Les Bas-Fonds /
The Slums

De toutes parts, c’est un appel aux plaisirs nocturnes. Des néons rouges diffusent une lumière lancinante, dans une odeur d’interdit. Les bars sont comme des ports où les anonymes s’abreuvent avant de louvoyer jusqu’au suivant. Je longe ces trottoirs sordides, où l’ombre des femmes se dessine dans l’encadrure des portes. Même la pluie qui tombe ne peut laver cette quotidienne misère.

Nocturnal pleasure beckons from all sides.
Red neon signs cast a piercing light amidst a scent of the forbidden. The bars are like ports, where men quench their thirst before moving on to the next.
I move along these sordid sidewalks where shadows of women appear in doorways. Even the falling rain cannot wash away this daily misery.

07

Epuisé /
Exhausted

Morsure du froid sur mon corps engourdi.
Je m’assieds sur les marches d’un escalier qui se perd entre les bâtisses somnolantes. La pluie a cessé. Un flot continu de questions se bouscule dans ma tête et aucune réponse n’y met fin.
Je suis perdu sur le chemin de la nuit, entre un crépuscule et une aube.

Biting cold on my numbed body. I sit down on the steps of a stairway that disappears between sleepy buildings. The rain has stopped. A continuous stream of questions runs through my head and no answer can silence them. I am lost on the highway of the night, between dusk and dawn.

08

Le Cimetière /
The Graveyard

Les bruits familiers de la ville sont étouffés par un silence pesant. De grandes croix de pierre défient le
ciel, comme les derniers remparts contre l’oubli. Je marche entre les tombes qui égrainent leurs noms à perte de vue. J’imagine la vie de ces inconnus, leurs joies, leurs peines et aussi leurs angoisses au moment de partir. Moi qui dois mourir comme toute chose, aurai-je peur à mon tour quand sonnera le glas ? Je frissonne à cette pensée et observe la brume matinale se levant sur cette forêt de pierres.

The familiar noises of the city are stifled by a heavy silence. Great stone crosses challenge the sky, there so as not to forget. I walk between the graves, announcing names far-off into the distance. I imagine the lives of these unknown people, their joys, their grieving and their anguish at the moment of departing. I, who must die like all else, will I too be afraid when the final bell tolls ? I shiver at this thought and watch the morning mist rise up through this forest of stones.

09

La Fin du Voyage /
The End of the Journey

L’aube pointe au-dessus des toits ; les reliefs de
la ville se découpent sur la lumière naissante.
Je traverse d’un pas lourd un petit square où de noirs corbeaux s’envolent en râlant. C’est là que les premiers rayons du soleil atteignent mon corps épuisé. Mes yeux se ferment pour savourer l’instant, alors que se lève un nouveau jour. Je me sens profondément vivant.

Dawn climbs over the rooftops ; the outlines of the city appear from the first glimmers of light. With a
weary step, I cross a small square where black crows noisily take flight. It is there that the first rays of the sun reach my exhausted body. My eyes close to savour the moment, while a new day dawns. I feel profoundly alive.

10

Epilogue

La fraîcheur de la nuit caresse mon visage et, doucement, me ramène à la réalité. Je contemple ces rails rectilignes s’enfonçant vers l’inconnu. Il est tard,
la ville est presque silencieuse.
Aujourd’hui, six ans plus tard, je reviens souvent aux abords de cette station de métro. Eté comme hiver, je m’assieds sur un banc et attends, mélancolique, que la vie m’emporte une nouvelle fois.

The cool of the night caresses my face and gently brings me back to reality. I contemplate these straight railway tracks heading towards the unknown. It is late, the city is almost silent.
Today, six years later, I often come back to this subway station. In summer as in winter, I sit on a bench and wait with melancholy for life to carry me off one more time.

previous arrow
next arrow
Slider
Crédits
  • Alexandra Marcos – Chant
  • Clément Strahm – Clavier
  • Jérôme Correa – Basse, Saxophone
  • Manuel Linder – Batterie
  • Steve Jeanbourquin – Guitare, chant
  • Françoise Jaquet – Violon : 1, 3, 7
  • Arthur Henry – Voix : 6
contact jeanbourquinstalder@hotmail.com